[INNOVATION] Le photovoltaïque CHARIER fait rouler la navette autonome nantaise !

Juin 2018

Quand Nantes City Lab a commencé à réfléchir à la mise en place d’une navette autonome, l’Entreprise CHARIER a immédiatement répondu présente ! « Nous sommes vraiment dans une logique de partenariat avec le territoire, et au-delà du véhicule, les infrastructures routières doivent, elles aussi, répondre aux enjeux de transition énergétique », explique Valéry FERBER, Directeur Environnement et Innovation chez CHARIER.

C’est donc avec cette approche, que l’Entreprise a intégré le mouvement de Nantes City Lab et a réfléchi à une solution routière pour alimenter la navette en énergie. Capter l’énergie du soleil pour la transformer en électricité est désormais quelque chose de commun et qui s’inscrit de plus en plus dans notre quotidien. L’Entreprise a voulu adapter l’idée à la route et utiliser la voirie comme source d’énergie. Elle a donc développé un produit innovant qui allie souplesse, simplicité d’installation et surtout faible coût de production !

Spécialement conçu pour ce projet, le prototype, posé au sol sur 34 m² du parcours, produit juste ce qu’il faut en électricité pour faire rouler la navette. « Nous aurions pu couvrir l’ensemble du parcours mais la philosophie du projet était de répondre au besoin et de produire suffisamment d’électricité pour compenser la consommation de la navette, ni plus, ni moins !», complète Valéry FERBER.

Implantée dans le département depuis plus de 120 ans, CHARIER est attachée au territoire et surtout consciente qu’un territoire équilibré est un territoire qui sait innover et s’inscrire dans le durable.

La réflexion autour d’une route réinventée a fait son chemin chez CHARIER. Du chanvre dans l’enrobés, des panneaux photovoltaïques dans les pistes cyclables, un système de géothermie dans les tapis d’enrobés, l’ETI n’en est pas à sa première innovation routière.

« Individus, entreprises, institutions, nous sommes tous concernés par la mobilité de demain, ce test à Nantes va permettre de confronter cette innovation à un usage en conditions réelles en vue de développer les solutions du futur », souligne Valéry FERBER, « nous sommes réalistes, il y aura des corrections à apporter suite à cette expérimentation mais c’est exactement l’esprit du Nantes City Lab tel qu’il est présenté par Johanna Rolland : accepter les imperfections voire les échecs pour progresser » .