Terrassement : création de la nouvelle 2x2 voies RN27 à Dieppe

Mai 2019

Les travaux de prolongement de la 2x2 voies RN27 entre Manéhouville et le giratoire de Gruchet, sur les hauteurs d’Arques-la-Bataille, ont débuté au début de l’été 2018. En effet, si le viaduc de la Scie est lui bien terminé, il n’est en revanche relié à rien, ni d’un côté ni de l’autre. Il est donc nécessaire pour fluidifier le trafic et le désengorgement de villages traversés par la RN27 actuelle de relier Dieppe à Rouen, par la construction d’une route de 7,7 km à travers la campagne, traversant notamment la commune de Tourville-sur-Arques. Son ouverture est prévue pour fin 2020 ou début 2021 et en attendant, les travaux continuent pour les équipes CHARIER Grands Travaux

Sur la RN27 à Dieppe, un chantier de terrassement hors normes, on évacue les déblais en train !

Les terrassements en déblais (1 150 000 m3) nécessaires à la construction de ce tronçon de 7,7 km de Route Nationale sont majoritairement excédentaires. L’évacuation massifiée demandée par la Maîtrise d’Ouvrage démontre bien sa détermination d’un point de vue écologique, puisque ce ne sont pas loin de 60 000 voyages par semi-remorques qui ne prendront pas la route !
Le challenge était de taille, car évacuer 700 000 m3 de matériaux par voie ferrée n’est pas une mince affaire. Grâce à l’implication de tous les partenaires et acteurs de ce chantier, les équipes de la RN27 ont pu relever ce défi d’envergure. Le plus compliqué est de coordonner les nombreux intervenants de cette chaîne logistique d’évacuation impressionnante. Pas loin de 50 personnes travaillent jour et nuit pour que cette opération d’évacuation puisse avoir lieu. Colas Rail, un partenaire inhabituel : 3 rames de train de 500 m de long sillonnent les voies de chemin de fer entre Dieppe et Rouen, chargées à bloc de matériaux excédentaires issus des terrassements du chantier. À ce jour, 280 trains (à raison de 2 trains par jour) ayant la capacité d’emporter environ 1800 t de matériaux chacun ont déjà pris le départ. Il est prévu d’en acheminer près de 350 vers Rouen, soit près de 300 000 m3.
Ces déblais excédentaires ainsi évacués par voie ferrée à Rouen serviront pour le projet de l’éco-quartier Flaubert.


L’été dernier, environ 120 personnes ont travaillé sur ce chantier en profitant du climat exceptionnel dont ils ont pu bénéficier pour la saison. Il faudra redoubler d’efforts cette année pour achever le reste des terrassements ainsi que pour réaliser les ouvrages et l’assainissement prévus au marché. Cet été, le nombre de personne travaillant sur ce chantier devrait atteindre le nombre vertigineux de 150, entre les équipes propres au chantier lui-même et le personnel affecté à l’évacuation des matériaux.

 

N.B : Le matériel ferroviaire a été conçu sur mesure pour les besoins du chantier. 180 caisses UTI (Unité de Transport Intermodale) ainsi que 10 châssis « squelette » ont été conçus et construits sur mesure.