Les aménagements du front de mer à St Nazaire

 

 

 

front de mer

La 3ème tranche du Front de Mer : un beau projet permettant à tous de se retrouver soit à pied, à vélo ou même à trottinette, sur un dallage béton de qualité. Les équipes sur place ont été fières d’œuvrer pour l’embellissement de la commune, satisfaites du travail bien fait dans des conditions de phasage parfois difficiles, mêlant voitures, riverains et autres piétons.

L’ensemble du personnel CHARIER TP de l’agence Berthaud-Leborgne (à La Turballe) et notamment l’équipe de Laurent Guiheneuf ont contribué à assurer la réussite de ce chantier grâce à leur  implication et à leur professionnalisme. Bravo !

Si les aménagements urbains n'ont plus de secret pour les agences routières de l'entreprise CHARIER c'est notamment parce qu'elles savent écouter les riverains et s'organiser pour respecter les cheminements de chacun selon son mode de transport. Ainsi à Saint-Nazaire, les travaux ont commencé à côté des maisons pour minimiser la durée des impacts pour les riverains, puis se sont déroulés sur la promenade du front de mer, afin de permettre aux piétons de circuler à leur tour dans la zone aménagée durant la première phase.

Il a fallu aussi tenir compte des demandes liées à la présence d'une maison de retraite dans le secteur des travaux, en respectant les accès piétons pour les personnes à mobilité réduites, et en maintenant les accès pour les ambulances.

Pour l'arrivée des vacanciers, les gradins sont posés et le site est maintenant propre et agréable. Les travaux reprendront après la saison estivale. Il reste en effet à déplacer deux monuments aux morts de la Seconde Guerre mondiale,  et à finir les aménagements de la Place du Commando lorsque les commerces seront installés. Les travaux seront terminés à la fin de l'année 2017.CHARIER est fier d'œuvrer pour l'embellissement de la ville.

------------------------------

Maître d’Ouvrage :     Ville de ST-NAZAIRE

Maître d’Oeuvre:        Bureau d’Etude Ville de ST-NAZAIRE

Démarrage chantier :  Octobre 2015

Fin de chantier :          Printemps 2018

Groupement :              CHARIER TP Berthaud-Leborgne / VIAUD MOTER

Le Chantier en  chiffres :

-     Fourniture et mise en œuvre d’enrobé (chaussée, parking et allée piétonne)                12 800 m²

-     Fourniture et mise en œuvre de béton lissé                                                                      6 670 m²

-     Réalisation de pose de dalles de béton de 12 cm                                                             4 350 m²

-     Pose de bordures                                                                                                              4 600 ml

-     Réalisation de gradins sur 4 niveaux                                                                                  360 ml

Performances spectaculaires des graves de béton recyclé

 

photo recyment

Les graves de béton recyclé peuvent révéler des performances spectaculaires. C’est ce qu’a démontré le projet de recherche Recyment qui porte sur la valorisation des fines issues du concassage des bétons de démolition comme liant hydraulique routier, permettant notamment de réduire les enrobés des couches de chaussées. Ce projet est mené par le LaSIE, laboratoire de recherche de l’Université de La Rochelle, avec le soutien financier de l’ADEME, en partenariat avec la plateforme spécialisée dans le recyclage des déchets de démolition Planète Recyclage de l’Entreprise CHARIER.

L’objectif du projet Recyment est d’offrir une nouvelle voie de valorisation des bétons de démolition comme liant hydraulique par l’utilisation de fines obtenues après concassage. Piloté par le LaSIE (Laboratoire des Sciences de l’Ingénieur pour l’Environnement) de l’Université de La Rochelle et financé par l’Ademe, il est mené en partenariat avec la plate-forme de recyclage Planète Recyclage de l’Entreprise CHARIER qui s’est d’emblée impliquée. « Il s’agit de chercher des applications à forte valeur ajoutée pour les graves recyclées, afin de donner tous les moyens pour une élaboration à forte technicité. En exploitant le potentiel réactif de ces fines, il devient possible de les utiliser comme liant hydraulique routier ou directement en substitution partielle du ciment dans les bétons », précise Valéry Ferber, directeur Environnement & Innovation de l’Entreprise CHARIER.

Des matériaux recyclés très performants

La gestion des déchets du BTP a connu ces dernières années un véritable bouleversement, sous l’effet des contraintes réglementaires et des efforts des entreprises dans l’optimisation de la ressource. La loi de transition énergétique a accentué en 2015 cette tendance en imposant des objectifs de taux de recyclage de plus en plus ambitieux aux maîtres d’ouvrage. Les entreprises se sont organisées pour produire de plus grands volumes de matériaux recyclés et pour améliorer la maîtrise de leur production. Au point que les performances des matériaux recyclés, notamment les graves de béton recyclé, n’ont plus à envier les matériaux de carrière.

A l’occasion des différentes expérimentations menées au cours du projet, des planches d’essai ont été mises en œuvre sur la plate-forme Planète Recyclage de La Rochelle pour simuler leur comportement dans des sous-couches routières. Ces planches avaient aussi pour but de comparer différentes formules de graves recyclées avec des graves naturelles dioritiques ou calcaires. « Les résultats obtenus montrent une évolution très favorable des graves recyclées, en laboratoire et sur site. Leur portance a été multipliée par deux à trois du fait de l’activité du ciment résiduel dans le béton concassé », souligne Valéry Ferber. Ces essais montrent que les graves recyclées doivent pouvoir être acceptées dans les marchés de travaux publics au même titre que les graves naturelles. Leur utilisation pourrait permettre de réduire les enrobés des couches de chaussées.

Une véritable innovation, bonne pour l’environnement

La solution proposée pour valoriser les déchets de démolition sous la forme de liant hydraulique est inexistante en France. Il s’agit donc d’une innovation intéressante proposée à la filière des déchets de démolition.

Outre l’opportunité d’une nouvelle voie de valorisation des déchets de démolition et, par conséquent, la limitation de leur mise en décharge, l’utilisation des fines issues du concassage comme liants hydrauliques permet de réduire la consommation de ressources naturelles qu’occasionne la fabrication des liants classiques comme le ciment Portland. Notons aussi que la production de ciment génère de fortes émissions de gaz à effet de serre (de l’ordre de 1 tonne de CO2 par tonne de ciment). L’utilisation de ces fines en substitution, même partielle, du ciment devrait limiter les impacts sur l’environnement des matériaux cimentaires ou les impacts liés au traitement des sols.

Une journée Portes Ouvertes sera organisée en septembre en partenariat avec NOVABUILD.

Notre géomètre est un drône

 

drone geometre

Les besoins en topographie sur une carrière sont multiples

Mise à jour réglementaire du plan d’exploitation pour la DREAL* :

- Suivi de l’extraction,

- Calcul des volumes extraits,

- Evaluation du volume des stocks pour le calcul de leur valorisation…

Pour cela, Charier CM faisait appel jusqu’ici à un cabinet de géomètres et lui sous-traitait ces missions.  

L’arrivée des drones pour des applications civiles et en particulier dans les métiers de la topographie a changé la donne.

En effet, ces appareils permettent de faire le même travail, avec une plus grande précision, une plus grande sécurité (l’opérateur du drone peut intervenir depuis l’extérieur du site et n’est pas exposé aux risques liés à l’activité de la carrière), une plus grande réactivité et pour un coût moindre.

La méthode utilisée par les topographes utilisant les drones est la photogrammétrie.

Cette méthode, mise au point au milieu du 19ème siècle s’est développée avec l’aviation au début du 20ème siècle.

Le principe consiste à survoler un paysage avec un avion (ou un drone) équipé d’un appareil photo qui va prendre des clichés de façon à ce qu’un même point du sol se situe sur au moins deux photos. L’exploitation de ces photos  permet de mettre en valeur le relief, ceci grâce à l’utilisation de la géométrie et de lois d’optique.

La définition des appareils photos actuels, la capacité de calcul des ordinateurs et le développement des drones ont rendu cette méthode particulièrement efficace pour le levé topographique de grandes surfaces.

Aujourd’hui, Charier CM fait réaliser le levé des zones d’extraction une fois par an et le levé des stocks des principales carrières tous les mois.

Mais en superposant le plan topo à la photo, le potentiel des applications devient plus important :

-          - calcul des pentes des pistes,

-          - mesure de la hauteur des merlons de protection des pistes,

-          - mesure des distances,

-         -  superposition du cadastre et du plan parcellaire,

      - implantation et prévision du volume d’un tir de mine…

Les drones ne nous permettent cependant pas de livrer les granulats sur nos chantiers. Enfin pas encore…

* DREAL : Direction Régionale de l’Environnement de l’Aménagement et du Logement

Barrage de Mervent: déconstruction de l'usine

 

Mervent 1

L’Entreprise CHARIER procède actuellement aux travaux de déconstruction de l’ensemble des bâtiments de l’ancienne usine de traitement d’eau et de l’usine hydroélectrique situés au pied du barrage de la forêt de Mervent (85). Une fois ces bâtiments détruits, les travaux d’aménagement et de rehaussement de la retenue d’eau seront entrepris. Réalisé pour le compte du SIAEP de la Forêt de Mervent, le chantier de déconstruction et de terrassement s’élève à près de 870 000 €.
La retenue d’eau est située au coeur de la forêt de Mervent (85), à proximité de Fontenay-le-Comte, sur le cours de la rivière la Vendée.

Edifiée en 1956, elle alimentait une usine hydroélectrique et une usine de production d’eau potable construites en même temps que le barrage. Le besoin de moderniser la filière de traitement d’eau et la nécessité de consolider et rehausser le barrage ont rendu nécessaire la construction de la nouvelle usine de la Balingue, mise en service en 2013.


4 500 m² de bâtiments déconstruits.
Le marché confié à l’Entreprise CHARIER, via son agence Clénet-Palardy basée à Champagné-les-Marais (85), comprend la déconstruction de 4 500 m² de bâtiments. L’intervention de l’Entreprise CHARIER a débuté par la démolition de l’ancienne usine de production d’eau potable. Ces travaux, qui se sont déroulés d’octobre à décembre 2015, comprenaient la déconstruction complète de l’ensemble des bâtiments, réservoirs et autres ouvrages, hormis le bâtiment à réactifs qui est partiellement conservé pour le maintien d’un site d’hibernation pour les chauves-souris. Dans ce bâtiment, il a fallu déposer tous les ouvrages de second oeuvre et découper les cuves à réactifs.


Parallèlement, pour permettre les travaux de Génie Civil sur le barrage lui-même, l’Entreprise CHARIER a réalisé un batardeau incluant un ouvrage d’art de dérivation des eaux. Mis en place devant le barrage, il permet de créer une zone sèche pour faciliter les interventions de génie civil sur le barrage qui seront menées par l’entreprise Demathieu & Bard pour aménager la retenue d’eau qui va notamment être surélevée et consolidée au moyen de contreforts.


La déconstruction de l’usine hydroélectrique a débuté en mars 2016 et s’achève au mois de mai. Il a d’abord fallu procéder à la protection des locaux abritant les deux turbines qui sont conservées, ainsi que des ouvrages de surveillance et d’auscultation du barrage. La seconde phase constitait à scier le plancher du bâtiment pour désolidariser la partie conservée et la partie déconstruite. Toute la partie supérieure du bâtiment, sur une hauteur de 15 mètres et une surface de 1 200 m² d’emprise au sol, est démolie.
Une fois cette phase de déconstruction achevée, l’Entreprise CHARIER réalisera le terrassement au pied du barrage pour permettre à Demathieu & Bard de construire les fondations des contreforts de consolidation du barrage.

Chantier de déconstruction barrage de Mervent


- Maître d’ouvrage : SIAEP de la Forêt de Mervent
. Maître d’oeuvre : Tractebel Engineering
. Montant des travaux : 870 000 €
. Surface de bâtiments déconstruits : 4 500 m²
. Gravats concassés sur place : 10 600 T

Activité déconstruction Entreprise CHARIER

. Chiffre d’affaires : 11 M€
. Salariés : 54
. 3 agences :
- Charier TP à Rennes (35) : déconstruction/désamiantage/terrassement
- Lahaye TP à La Tourlandry (49) : déconstruction/désamiantage/VRD
- Clénet-Palardy à Champagné-les-Marais (85) : déconstruction/terrassement

En DIRECT des Chantiers

 

stjeandemontcharier

 Saint Jean de Monts : un centre-ville qui fait la part belle aux piétons

 


Le chantier consiste en un aménagement du centre-ville où l’automobiliste partage l’espace avec l’ensemble des autres usagers (piétons, vélos, bus urbains…). En offrant plus d’espace aux piétons, l’objectif est de faire du centre-ville, un endroit plus paisible, plus agréable, dans lequel promenades et achats de proximité sont favorisés. Le montant des travaux est de 2 millions d’euros.


La première phase des travaux réalisée par notre agence CHARIER TP Sud Brethomé-Clénet est en cours. Les travaux se dérouleront en 4 phases, pour permettre des interruptions tous les ans d’avril à octobre, et faciliter ainsi  la circulation en période estivale et touristique.


Pendant la durée des travaux, les commerces resteront ouverts et les accès aux écoles maintenus. L’espace étant réduit, CHARIER s’assure que les commerces peuvent ouvrir dans de bonnes conditions. Un bureau est donc ouvert sur site où le chef de chantier est disponible pour informer les commerçants de l’avancement du chantier, et le conducteur de travaux est allé à la rencontre de chacun pour prendre en compte leurs préoccupations.


Techniquement, le chantier présente des innovations intéressantes. En effet,  CHARIER a fait fabriquer un pavage spécifique qui occupera une surface de 10 000m². Unique à St Jean-de-Monts, il a été baptisé "Pavé de Monts". Un parvis est réalisé en calcaire avec des bancs arrondis de 7 m de long, fabriqués d’une pièce et sur mesure.


Le 1er avril ce sera donc la fin de la première phase des travaux et le centre-ville sera de nouveau plus accessible pour accueillir les touristes ! La fin des travaux est prévue pour avril 2019.

Lire la suite : En DIRECT des Chantiers