Interview métier

 

FemmesCharier

"Génie Civil et Travaux Spéciaux" - Interview métier

La féminisation de certains métiers des TP, c'est possible chez CHARIER
 
[...] Lire l'interview
 
Questions posées à Mylène, Cadre chargée d'études, 5 ans d'ancienneté et à Claire, Ouvrier Génie Civil, 2 ans d'ancienneté chez CHARIER GC - Agence Génie Civil et Tavaux Spéciaux (94 - BONNEUIL SUR MAINE)
 
Quand avez-vous décidé d'exercer ce métier et pourquoi ?
Claire : Mon père est chef de chantier chez CHARIER, donc, petit j'ai été sensibilisée de près au métier. D'ailleurs en 4ème, j'ai demandé à faire un stage chez CHARIER et le collège m'a accordé une dérogation exceptionnelle. Mon orientation était déjà trouvée !
Mylène : Par pur hasard, et dans le cadre du "4L TROPHY", j'ai travaillé sur le sujet des métiers d'homme au féminin. C'est ainsi que j'ai eu envie de rejoindre le monde masculin des TP, en me disant "pourquoi pas moi ?". J'ai fait le choix de suivre tout le cursus en contrat de professionnalisation, ce qui m'a mise tout de suite "dans le bain".
 
Comment s'est passée votre intégration dans l'entreprise ?
Claire : Dans l'ensemble, mon intégration s'est très bien passée. Mes collègues m'ont bien accueillie, bien conseillée sur mon travail et les en remercie.
Mylène : Je dirais assez bien quoique compliquée au début. En fait, tout dépend des personnes. Certains sont plus ouverts que d'autres qui se demandent ce que faites là.
 
Quels sont les avantages et les inconvénients d'être femme dans votre métier ? Est-ce un atout ou un frein ?
Claire : L'avantage principal que je vois c'est que, sur le chantier, si on a vraiment envie d'apprendre, et bien en cas de lacune ou d'erreur, les gens sont plus compatissants que pour un homme. Quant aux inconvénients, il en a pas de très marqués par le fait d'être une femme.
Mylène : En conduite de travaux, il me semble que les échanges sont plu faciles. Les hommes n'hésitent pas à m'appeler souvent. Il n'y a pas de retenue lorsqu'ils ont besoin de parler. On peut dire que l'aspect humain est plus inné. La mixité, c'est vraiment un plus. Cela fait changer les (mauvaises) habitudes.
 
Sur le terrain, vos collègues hommes vous prêtent-ils main forte pour les tâches physiques ?
Claire : Absolument, je n'ai pas besoin de réclamer un coup de bain quand j'en ai besoin. Ils le proposent d'eux-mêmes.
 
Quels conseils donneriez-vous à des jeunes femmes souhaitant accéder à un métier dans les TP ?
Claire : Allez-y ! Foncez ! C'est un très beau métier, parfois difficile, certes, mais passionnant.
Mylène : C'est parce que c'est un métier d'hommes que ça m'a attirée : en tant que femme, je peux tout aussi bien l'exercer. 
 
En conclusion, que pensez-vous de cette assertion : "Au delà des préjuger, faire de nos différences une force" ?
Elle est très juste. Des préjugés, il y en aura toujours. C'est à nous de tout mettre en oeuvre pour les corriger. Oui, être femme renforce notre volonté de mener à bien les missions qui nous sont confiées. De plus, l'aspect humain est mieux représenté sur les chantiers quand nous sommes parties prenantes.